La fameuse histoire du recyclage

Par Katherine

Je me souviens de l’arrivée du petit bac bleu dans notre maison alors que je n’étais qu’une gamine. Je me souviens même que mes parents nous avaient expliqué les différentes matières. J’étais en charge de trier les nombreux emballages que nous avions enfouis dans l’espace sous le  comptoir de cuisine à chaque samedi. Je comprenais que c’était pour refaire du neuf avec du vieux et l’idée me plaisait beaucoup parce que j’aidais la planète!

esther-tuttle-712153-unsplash

Aujourd’hui c’est une bien différente histoire.

jilbert-ebrahimi-691926-unsplashDe mon coin de pays du Nouveau-Brunswick, recycler est pour les durs de dur. On reconnait les québécois des locaux par ce qu’il y a au bord de la rue la seule fois par mois que le camion de recyclage passe. Nos voisins qui mettent 2 boîtes de carton de couche du Costco doivent nous trouver complètement zèlé avec nos 8 sacs de recyclage remplis!

Oui, les collectes de recyclage c’est une fois par mois! On se compte très chanceux maintenant parce qu’avant nous devions aller porter notre butin dans les gros conteneurs bleus qui étaient plein la moitié du temps!

Un peu à boutte d’avoir l’impression de collectionner notre recyclage à côté de notre garage, je me suis mise à m’intéressé au mouvement zéro déchet.

Le zéro déchet

Pour ceux qui ne sont pas familier avec ce mouvement, c’est une action collective pour consommer le moins d’emballage possible. J’avais en tête de l’appliquer en premier alors que je faisais mon épicerie. Bon, étant en période estivale je me disais que ca serait plutôt facile étant donné que nous aimons aller au marché.

thomas-gamstaetter-130746-unsplash

La première chose à faire quand on adopte le « zéro déchet » est de toujours avoir un ou des sacs réutilisables avec sois et quand ils sont propre c’est encore mieux!

Ca m’a prit 2-3 sorties à adopter ce réflexe. Entre temps, pour taire ma culpabilité, je mettais au recyclage mes sacs de plastique.

 

Mon deuxième défi a été celui d’aller à l’épicerie et d’en ressortir avec le moins d’emballage possible particulièrement pour les aliments frais. C’est à ce moment que je me suis rendu compte qu’on nous prenait pour des cons! Pratiquement 75% de la sélection de fruits et légumes sont emballés.

fikri-rasyid-699015-unsplash

J’étais découragée devant cette offre absolument ridicule. Est-ce que nous consommons trop d’aliments qui parcourent des dizaines de millier de kilomètre uniquement pour rivaliser avec ce que nous produisons localement? Et qui se rempli les poches de tout ce maudit plastique qui recouvre la majorité de nos aliments!?

C’est en déballant mon épicerie, une fois à la maison, que ca me frappe. La quantité d’emballage que nous ramenons est faramineuse. Le tout à un coût économique et environnemental et je viens de me rendre compte que c’est moi qui l’a financé.

On nous martèle sans cesse que notre planète est dans un bien mauvais état et que nous devons faire notre part et encore plus.  Je comprends que nous, citoyens, devons faire notre part en recyclant plus et en consommant plus intelligemment. Mais la vraie révolution doit se faire du haut de la pyramide. Nos dirigeants doivent prendre action et trouver des solutions à ce fléau.

C’est rendue que je me sens coupable de ne pas avoir ma tasse réutilisable pour mon café sur le pouce du matin dans la voiture ou d’avoir mes sacs réutilisable à l’épicerie! Je ne sais pas quoi faire de mon vieux grille pain inerte puis je me casse la tête à savoir si des jouets pour enfants brisés vont dans la récupération ou si je les envoie au dépotoir pour les prochaines 10 millions d’années!

Aujourd’hui quand mes fils me demande pourquoi nous recyclons je leur dit, comme mes parents me disaient… que nous aidons notre planète mais dans le fond de moi je me demande vraiment si c’est la bonne réponse.

Je me demande même où ira notre recyclage parce que quand je me fais dire que le recyclage est vendu et fait le tour de la terre pour être transformer en Chine… je fais de l’urticaire!

ben-den-engelsen-636031-unsplash

Étant en temps électorale récemment, il ya de quoi questionner nos politiciens … à quand un intérêt commun pour notre environnement?

À quand les solutions à nos dépotoirs qui débordent?

À quand le financement pour une consommation durable?!

C’est à se demander qu’est ce que l’industrie du plastique finance…mais ca c’est une autre histoire.

Katherine *

shlomo-shalev-745208-unsplash

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s