Comment la gratitude et la méditation ont changé ma vie, partie 2

Par Janie

Dans  la première partie, je vous ai parlé de l’impact que la  pratique de la gratitude a eu dans ma vie ! Comme promis, je vous parle d’un autre sujet qui m’a vraiment aidé à me grounder, ralentir, me poser, respirer : la méditation.

img_4909

La méditation

Ca faisait déjà quelques années que je m’intéressais à la méditation et la pleine conscience.  J’ai fait beaucoup de lectures, suivi des formations mais curieusement, je ne réussissais pas vraiment à l’intégrer à mon quotidien.

Je ne prenais pas le temps, j’avais toujours de la difficulté à l’intégrer dans ma routine.

Toutes les excuses étaient bonnes.  Même avec toutes mes connaissances théoriques, je tombais tellement facilement dans le panneau du « je n’ai pas le temps, mon hamster tourne trop vite, j’ai toujours des pensées, ca marche pas »

Bin oui toi…  Justement…

C’est comme les  gens qui me disent « je ne peux pas faire de yoga, je ne suis pas flexible », ou bien « je ne peux pas m’entrainer, je ne suis pas en forme »…

C’est le même principe.

jd-mason-757201-unsplash

 

Ce n’est pas pour rien que ca s’appelle la « pratique » de la méditation.

La méditation ne sert pas à arrêter de penser.

La méditation ne fait pas arrêter de penser.

C’est « faire attention de manière particulière et délibérée à l’instant présent sans passer par le filtre du jugement » (John Kabatt Zin).

La méditation : une pause mentale

Elle change notre perspective, notre position, par rapport à ces pensées.  L’humain a de 50 000 à 80 000 pensées par jour…   La méditation permet de donner un break à notre mental, d’observer la poussière du bavardage mental se déposer.

daniil-kuzelev-327645-unsplash

Biologiquement, la méditation active le système nerveux parasympathique. 

Sans entrer dans les détails : elle diminue le cortisol, renforce le système immunitaire, améliore les fonctions psychologiques associées à diverses régions du cerveau dont l’attention, la compassion, l’empathie.

Elle améliore aussi un grand nombre de pathologies psychologiques dont l’insomnie, l’anxiété, la phobie et différents troubles du comportement.

Elle diminue le stress, les émotions négatives, les douleurs et augmente les ondes cérébrales alpha (marqueur de la relaxation), l’attention, la concentration, la mémoire, les émotions positives, la flexibilité cognitive (ou plasticité neuronale dont j’ai fait mention dans le dernier billet!).

Tout ca en s’assoyant 5 à 30 minutes par jour en respirant de façon consciente. 

Capoté non ?! Alors pourquoi s’en passer ?

Une pratique

Parce que c’est difficile.  Méditer c’est une gymnastique du mental, c’est un entraînement mental et spirituel tout comme le sport est un entraînement physique.

C’est de muscler l’art d’observer et de s’attraper en train de penser à mille et une choses en même temps.

lena-bell-68564-unsplash

Voilà pourquoi on a de la difficulté à s’y mettre. On doit d’abord être motivé, puis ca prend la discipline.  Comme dans tout entraînement!

Elle est pourtant très accessible! De façon très puriste, nous n’avons pas besoin de rien pour méditer.

On a seulement besoin d’être « ici et maintenant », dans le présent.

Plus théoriquement, pour accéder à ce fameux moment présent, Marie-Eve Lécine, de Let It Be méditation, décrit 5 portes:

  1. le Corps (avec le body scan, ou rotation de la conscience)
  2. l’Amour (avec la méditation de la compassion ou de l’amour bienveillant)
  3. la Respiration (avec la méditation du souffle, décrite plus bas)
  4. les Sens (avec la méditation du chocolat)
  5. l’Image (avec les méditations  guidées en général, telle la méditation de la montagne)

Le CARSI pour les intimes!

Techniques de méditation à adopter

Je vous parle brièvement des 2 que j’utilise le plus souvent.

La méditation du souffle : la plus puriste.

Elle peut se pratiquer n’importe où, n’importe quand. L’idéal est dans un endroit calme et silencieux, le matin, en position assise afin de ne pas tomber dans la torpeur ou l’endormissement.

michelle-1283377-unsplash

Elle consiste en 4 étapes simples :

  • Suivre ses inspirations et ses expirations sans effort en portant notre attention sur notre respiration
  • Être absorbé ailleurs, par ses pensées
  • S’en rendre compte, en prendre conscience sans jugement
  • Revenir sur notre respiration

Et on recommence! Simple de même!

Les méditations guidées : il y en existe des centaines.

 

Elles misent sur la suggestion, un peu comme l’auto-hypnose et sont souvent porteuses de signification. Mes préférées sont celles de Nicole Bordeleau .  Sa voix est tellement apaisante.  J’en ai toujours sur mon téléphone!

glass-2557577_1920

Une première application de méditations 100% québécoise créée par les cofondatrices de Rose Buddha est maintenant disponible : plus de 90 heures de méditations à transporter avec vous en tout temps.

rb-imagebanniere-1024x500-2x

Si la lecture sur le sujet vous intéresse, je vous conseille fortement Méditer Jour après Jour, de Christophe André! Un livre magnifique, imagé, cd inclus, qui met un magnifique baume sur l’âme.

N’oubliez pas de garder une posture de bienveillance envers vous et de non-jugement.  Soyez bons envers vous…

Commencez par 2 minutes quotidiennement, vous verrez bien!! C’est ce que j’ai fait, un bon matin…  et maintenant je ne peux plus m’en passer!!

Bonne pratique!

alexander-mcferon-1177367-unsplash

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :