Comment la gratitude et la méditation ont changé ma vie, partie 1.

Par Janie.

Je suis chanceuse.

Incroyablement chanceuse.

La gratitude, je la pratique consciemment tous les matins, et inconsciemment le reste du temps, parce que de la gratitude, j’en ai à revendre.

J’ai cette faculté de toujours voir le verre à moitié plein, mais ça n’a pas toujours été le cas.

La chance, ça ne tombe pas du ciel. Ça dépend beaucoup de notre état d’esprit.

Voici un petit topo de mon histoire personnelle.

En 2009, j’ai reçu un diagnostic dépression majeure avec syndrome de fatigue chronique pour lequel j’ai été en arrêt de travail 12 mois.  Je demeure fragile, mais je réussis maintenant à travailler à temps pratiquement complet, je travaille à temps partiel par choix, parce que j’en veux moins sur les épaules.

Je me croyais bien embarquée sur un long fleuve tranquille jusqu’en 2017, où la vie m’a rappelée de l’impermanence de toute chose, et de ne jamais rien prendre pour acquis.

Rien d’extrêmement majeur je vous rassure, mais le stress, bon ou mauvais, a un très gros impact sur notre santé.

jared-rice-408404-unsplash

J’utilisais sporadiquement déjà quelques outils pour faire face aux petits stresseurs quotidiens et me croyais bien armée pour faire face à tous ces chamboulements : #fail.

J’ai du puiser dans plus de ressources, retourner chercher de l’aide extérieure, et surtout, intérieure.

À travers ce cheminement, j’ai davantage exploré mon coté plus spirituel, ésotérique, « ouitch« .

J’ai reconnecté avec mon vrai « moi », ma nature profonde, mon essence, ce qui me fait vraiment vibrer.

C’est principalement dans la pratique de la méditation et de la gratitude que j’ai puisé plus de force, de sagesse, de sérénité, de laisser-aller.

cameron-kirby-57406-unsplash

Car voyez-vous, le cerveau enregistre plus facilement les expériences négatives que positives. C’est une question de survie très primitive.

En neuroscience, on dit que « votre cerveau agit comme du Velcro sur les expériences négatives et comme du Téflon sur les expériences positives – bien que la plupart de vos expériences soient probablement neutres ou positive. »1 

Qui plus est : dans le domaine relationnel, il faut en moyenne 5 interactions positives pour compenser les effets d’une seule interaction négative.2

greg-rakozy-38802-unsplash

Parlons d’abord de la gratitude!

Voyez la différence :

  • « Je suis une mère célibataire »  VS « J’ai une super relation avec le père de mes enfants »
  • « 2 jeunes enfants, c’est intense » VS « J’ai 2 enfants en pleine forme et en pleine santé »
  • « Mon loisir/ma passion coûte cher » VS « J’ai le bonheur d’être en contact avec un cheval fantastique »
  • « Mon horaire de travail c’est de la gestion » VS « J’ai beaucoup de temps libre quand les autres n’en ont pas et surtout, un travail fantastique et stimulant »
  • « Je n’ai pas d’énergie » VS « J’écoute mon corps et respecte ses cycles »
  • « L’hiver, c’est frette » VS « L’air est frais et pur, je vais m’habiller plus chaudement« 

Etc, vous comprenez le principe.

annie-spratt-7928-unsplash

L’exercice de la gratitude est tout simple, mais prend de la constance pour remodeler notre cerveau, selon la théorie de la plasticité neuronale. 

Il existe une panoplie de « Journal de gratitude » déjà pré-remplis avec des questions quotidiennes, mais un petit rituel consiste simplement à prendre un cahier, au lever, en prenant votre café, et inscrire 3 à 5 choses pour lesquelles vous avez de la gratitude. 

Capture
Photo crédit : Blond Story

Au début c’est plus difficile, et avec la pratique, on finit par en voir partout, et facilement. 

Comme n’importe quel exercice, ça prend quelques efforts et de la constance, mais après quelques temps, il fera parti intégrante du début de votre journée et vous permettra de vous arrêter, 3 petites minutes, vous déposer, respirer, et penser à ce qu’il y a de bon et beau dans votre vie.

Dans un prochain billet, j’élaborerai sur mon 2ieme outil essentiel : la méditation!

À bientôt!

Remerciez la vie, elle vous en donne beaucoup plus que vous le pensez 😉

 

jason-blackeye-500147-unsplash

Ref :

  1. Hanson R., dr Mendius R. Le cerveau de Bouddha. Paris, Édition des Arènes, 2009 (p75)
  2. Gottman, J. 1995. Why Marriages Succeed or Fail :And How You Can Make Yours Last. New York, Simon and Schuster. Trad. Les couples heureux ont leurs secrets, Paris, Jean-Claude Lattès, 2000.

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s